Bienvenus à CLIMA

Rapport d'activités Juin - Août 2011

RAPPORT DES ACTIVITES DE LA DEUXIEME PERIODE (15 Juin- -Août 2011)

 

La fin de la première période est intervenue avec l’arrivée quelque peu tardive des pluies. Il a fallu commencer immédiatement le début des activités de production avec les premiers semis effectués précisément le 22 juin.

La seconde période a été occupée essentiellement par les travaux champêtres au détriment des cours théoriques. La production principale a été le maïs qui est la nourriture principale des stagiaires. Les autres spéculations, avec de faibles superficies ont été le riz, le sorgho, l’arachide et un peu de petit mil de Tami et du soja. Juste de quoi renouveler les semences..

 

Pendant cette seconde période prolongée jusqu’en fin août nous avons pu achever les travaux d’entretien des champs (fumure minérale, Urée, dans les derniers semis de maïs en stade de floraison).

 

ACTIVITES REALISEES PENDANT LA SECONDE PERIODE

 

Les labours ont été totalement réalisés par le tractoriste du CLIMA et les semis (traçage au rayonneur et semis manuel), ont été faits par les stagiaires.

Total de la superficie ensemencée : 18,47 ha.

 

TRAVAUX D’ENTRETIEN

 

Les travaux d’entretien (sarclage, fumure organique, fumure minérale, démariage e buttage) ont été entièrement exécutés par les stagiaires du 1e Jurillet au 9 septembre 2011 avec la fin du sarclage del’arachide.

Quantité de fumure organique utilisée non évaluée (sortie de la fosse fumière N° 2)

Quantité de fumure minérale utilisée : 87 sacs de NPK + 60 sacs d’Urée.

Il est à noter que quelques portions des parcelles des maïs Espoir et Barka ont pu bénéficier de la fumure organique.

                     

 

 

OBSERVATION SUR LES ACTIVITES DE LA SECONDE PERIODE

 

  1.              Etat des champs et aspects positifs

            Bonne présentation dans l’ensemble des champs due à la bonne germination des semences et aux travaux d’entretien exécutés à temps et la pluviométrie quelque peu régulière dans le temps jusqu’en mi-septembre.

Maîtrise des travaux culturaux par les stagiaires puisqu’ils sont entièrement  exécutés par eux-mêmes et suffisamment suivis.

Coût de la main-d’œuvre très amoindri pour les travaux d’entretien puisqu’ils ont été entièrement exécutés par les stagiaires.

 

  1.           Insuffisances et inconvénients 

            Il n’y a pas eu d’évaluation des stagiaires durant la seconde période sauf quelques remarques spontanées qui ont été faites sur les fréquents retards surtout des femmes.

            A cause de l’état très pauvre des sols, on a été obligé d’accentuer l’utilisation d’engrais chimique (trois passages pour le maïs) à défaut de disposer suffisamment de fumure organique.

Coût de la production trop élevé surtout à cause des engrais chimiques (Ex. la valeur de la fumure minérale, NPK+Urée, se chiffre à deux millions quatre cent soixante six mille (2.466.000) francs au minimum).

 

  1.               Quelques suggestions 

            Réduire la superficie des champs école. L’exploitation de ces champs école permettra d’y expérimenter les théories apprises en classe. Les produits récoltés serviront de semences. Cela pourrait être une amorce à la production des semences de qualité. En contre partie, il va falloir acheter une réserve conséquente en vivres pour les besoins alimentaires des stagiaires de la formation classique.

            L’évaluation du volume horaire des différentes matières enseignées sera possible à la fin de cette campagne car depuis la création du Centre, ce n’est que cette année que nous aurons l’opportunité de réaliser un programme suffisamment consistant en formation théorique.

            Il serait souhaitable de prendre des dispositions à l’avenir pour réaliser les sorties d’études programmées à cause de leur grand intérêt pour les besoins de formation des stagiaires.

 

CONCLUSION

 

La seconde période a été occupée principalement par les activités de production.

La période des récoltes qui débutera probablement dans la première semaine d’octobre risque de nous mener au début du mois de novembre.

            Le stade actuel du maïs est en phase de maturation pour les premières promotions (maïs Espoir et Barka) et d’épiaison pour les autres promotions (maïs Massongo et FBC6) et présente un aspect globalement satisfaisant compte tenu de la médiocre qualité des sols, hormis quelques attaques de termites. La présente campagne agricole présage un rendement au moins moyen au niveau du maïs, si la régularité de la pluviométrie se maintient jusqu’en fin septembre. 2011.

                                                           Bérégadougou le 6 septembre 2011

Sylvain Ouattara