Bienvenus à CLIMA

Le mois d'août à CLIMA

 MOIS D’AOUT 2011 A CLIMA

La pluie s’est encore fait prier dans la première moitié du mois d’août ; nous n’avions que 46 millimètres jusqu’au 15 août. Ce jour-là un gros orage a déversé sur CLIMA ses 70 millimètres d’eau. Les quelques petites pluies avaient suffi pour maintenir l’humidité et empêcher les jeunes plants de maïs, de riz et haricot… de se faner. Nous pouvions dès lors espérer une bonne croissance des céréales et commencer la mise de l’engrais chimique et le sarclage du maïs et du riz.
 
Du 13 au 16 août nous avons reçu la visite du Frère Angel Diaz et de Mme Charlotte membres de Proyde, venus nous encourager et échanger avec l’équipe de CLIMA sur nos projets actuels et futurs.
 L’aide extérieure nous est encore indispensable pour le fonctionnement et la formation des jeunes couples paysans tant que nos projets de production ne sont pas en place et ne sont pas fonctionnels : la pisciculture, l’élevage de bovins, le maraîchage…
 
Nous remercions Proyde et tous ceux qui soutiennent cette ONG de l’appui substantiel qu’elle nous apporte.
 

Le mois de juillet à CLIMA

Avec le mois de juillet, un changement remarquable s’est produit dans le climat de CLIMA : Les pluies se sont faites plus fréquentes quoique encore faibles mais suffisantes pour maintenir l’humidité et sauver les jeunes plantes de maïs et de riz, les seuls à avoir été semés ; le jardin des stagiaires a complètement changé d’aspect depuis qu’il s’est mis à pleuvoir régulièrement : courgettes, tomates, goyos (aubergines locales), concombres… se sont réveillés et ont grandi vigoureux malgré les attaques des insectes qui pullulent en ce début d’hivernage.

En même temps la chaleur se maintenait forte entre deux pluies ce qui aidait à la croissance peut-être un peu trop rapide des plantes.

Un debut de semailles difficile

Les activités champêtres viennent à peine de commencer. La semaine du 25 juin au 2 juillet 2011 les stagiaires ont commencé les semailles. Nous attendions que la pluie se fasse plus régulière et plus abondante mais hélas ! les pluies sont faibles et espacées. Le marigot qui longe le centre ne coule pas encore si bien que les stagiaires ont beaucoup de mal à maintenir vert le petit jardin potager qu’ils ont aménagé au cours du mois de juin.

 

L’année passée, à la même période, le maïs était déjà haut alors que celui qui a été semé vient de pointer ses feuilles tendres et fragiles et attend avec angoisse la prochaine pluie. Nous avons semé seulement la moitié de la surface prévue pour le maïs, le riz ; et les autres spéculations. : arachides, haricots… attendent encore une pluie favorable.